Le duel Kennedy – Nixon

Vedette

Tags

, , , , , , , , , , , ,

————

“La télévision n’est plus aussi décisive qu’en 1952, l’effet de nouveauté ne joue plus.” Richard Nixon se confiant à un journaliste du New York Times quelques mois avant la tenue du fameux débat au sommet organisé par CBS en septembre 1960.Blog2

Nixon n’aurait pas plus mal dire. Premier débat présidentiel retransmis à la télévision, l’affrontement entre les deux adversaires va être regardé par 65 millions d’américains et marquera un tournant de la campagne. Favori en tête des intentions de votes, le vice-président d’Ike Eisenhower repartira amoindri selon l’institut de sondage Gallup.

Le contraste est grand entre ceux qui ont écouté ce premier débat à la radio qui juge la performance de Nixon honorable voire même supérieure à la prestation de John kennedy, et les autres qui ont vu les deux hommes débattre depuis leur salon. *

L’image que donne Nixon est catastrophique. Fatigué, il a le teint pâle et semble ne pas savoir que faire de ses mains ni de ses jambes. Son veston se confond avec le décor tandis que le costume de Kennedy plus foncé se détache nettement. Qui plus est Nixon est fatigué, il est mal rasé et a refusé qu’on le maquille, alors que JFK apparaît bronzé et en pleine forme. Lire la suite

Joe Kennedy le père tout puissant

Vedette

Tags

, ,

Screen shot 2013-06-14 at 23.34.19

Homme aux multiples talents, Joe Kennedy fut un homme de caractère. Doté d’un esprit indépendant il fonctionnait selon ses propres règles, exprimait toujours sa façon de penser et ne se laissait pas dicter sa conduite par autrui. Soucieux de préserver le système capitaliste et d’assurer l’avenir de ses enfants, ses positions politiques lui ont valu de se retrouver successivement du bon et du mauvais côté de l’histoire, d’atteindre les sommets et de tomber en disgrâce.

En 1932 Joe vient de mettre un terme à son aventure Hollywoodienne. Son investissement dans le cinéma muet a tourné court. Le film Queen Kelly qu’il produisait a tourné au fiasco. C’est alors qu’il commence à s’intéresser de près à la politique. Depuis le krach de 1929 dont il a largement profité en pariant à la baisse (*) la situation du pays est catastrophique. Si rien n’est fait pour redresser l’économie, pense-t-il, alors le capitalisme est en danger.

Le requin de la bourse des échanges de NY est même prêt à se séparer de la moitié de sa fortune pourvu que l’ordre social soit garanti. Il faut dire qu’il a de quoi faire, à l’heure où des millions d’épargnants ont perdu toute leur fortune Joe Kennedy brasse les millions. Clairvoyant le banquier de Boston a prédit l’effondrement des marchés. Il dit s’être rendu compte que le vent tournerait quand il reçu des conseils pour parier en bourse de la part … d’un cireur de chaussure. Lire la suite

Joe Kennedy jr, le frère programmé pour être président

Vedette

Tags

, , , , , ,

De deux ans l’aîné de Jack, Joe Jr est le premier né de la fratrie Kennedy. Plus brillant que lui, il excelle en sport, obtient de meilleurs résultats scolaires et rejoint les clubs les plus en vue de la côte est. Jack essaiera tant bien que mal de rivaliser avec son grand frère mais avec sa santé précaire il ne pouvait pas l’égaler. Il suivra ses traces à Choate puis à Harvard où conscient qu’il ne peut pas soutenir la comparaison, il annoncera d’emblée « je vous préviens je ne suis pas aussi brillant que mon frère ! ».

Screen shot 2013-05-19 at 14.38.51

Doué en tout et sûr de lui, Joe Jr est la copie conforme de son père. Heureux de pouvoir reconnaître dans son premier fils les traits de caractère d’un Kennedy, celui-ci entrevoit de grands projets pour lui. Sa propre carrière politique ayant pris fin le jour où il fut contraint à la démission de son poste d’ambassadeur des Etats-Unis en Grande-Bretagne, Joe père assouvit désormais ses désirs de grandeur par filiation interposée. Ce n’est pas un secret : Joe est censé devenir président. Honey Fitz en personne, le grand-père maternel de Joe, l’a d’ailleurs affirmé le jour même de sa naissance. Lire la suite

Quand JFK proposait une "nouvelle frontière" au peuple américain

Vedette

Tags

, , , , , , , ,

[207152main_vonbraun-kennedy-516

Au début des années soixante l’Amérique n’a pas fière allure, elle s’est laissée distancée par l’URSS dans la conquête de l’espace, avec la prise de Cuba par Fidel Castro le communisme est venu s’installer à leur porte. Tandis que sur un plan intérieur la ségrégation perdure toujours dans le sud.

Pour le président sortant Eisenhower le satellite Spoutnik lancé en 1957 n’était qu’ « une petite balle » mais pour une majorité d’américains ce n’était pas bon signe. À l’aube des années 60, il y a comme un parfum de déclin dans l’air. Eisenhower termine son mandat dans une ambiance de fin de règne, il devient presque un canard boiteux, un président en fin de mandat qui ne prend pas de grandes mesures car sa popularité est en berne.

Kennedy tout comme Nixon fait partie de la nouvelle génération de politicien, celle qui a servi son pays sous les drapeaux. Mais Nixon lui a été le vice-président d’Eisenhower pendant huit ans, Kennedy va se faire une joie faire passer son adversaire pour un homme du passé. Occultant au passage la grande expérience de Nixon dans la gestion des affaires publiques qui lui fait cruellement défaut. L’homme du renouveau c’est lui. Lire la suite

Pierre Salinger, le porte parole "français" de JFK.

Tags

, , ,

1101641016_400Journaliste d’investigation de premier plan au San Francisco Chronicle, puis enquêteur au service de Bobby Kennedy pour le compte d’une commission sénatoriale anti-mafia, Pierre Salinger devient en janvier 1961 responsable de la communication de John F. Kennedy. “De mémoire”, son autobiographie, raconte ce parcours brillant et atypique qui mena ce californien bien portant aux origines françaises à devenir (brièvement il est vrai) sénateur de son état puis correspondant du bureau parisien d’ABC et reporter à l’Express.

Au retour de la guerre Salinger est engagé au SF Chronicle pour le compte duquel il débusque plusieurs affaires en tant que journaliste investigation. C’est ainsi qu’il fait la rencontre de Bobby Kennedy qui se montre très intéressé par le rapport qu’il a rédigé sur les Teamsters, le syndicat des camionneurs tenu par la mafia que RFK entend bien briser devant la commission parlementaire McLellan.

Après avoir fait ses preuves comme enquêteur auprès de Bobby, il est contacté pour faire partie de l’équipe de campagne de JFK. Il participe notamment à la fameuse réunion préliminaire d’octobre 1959 à Hyannis Port où sont passées en revue les grandes orientations de la candidature du fils Kennedy. De son propre aveu il n’a que très peu de points communs avec l’Irish Mafia qui entoure le sénateur. Il ne fait pas vraiment partie du sérail, ce qu’il ne l’empêche pas d’intégrer pleinement l’équipe.

Une fois au son service de Kennedy, il ne cache pas son admiration pour le candidat démocrate. Selon ses propres termes il passe “du statut de fan à celui de disciple”. À un moment où la majorité des démocrates pensent que Kennedy ne les représentera pas en 1960, Salinger parie 100 dollars sur sa victoire. Pari gagné. Lire la suite

JFK le film

Tags

, , ,

Screen shot 2013-06-16 at 16.35.07Oliver Stone a parlé de son film comme d’un contre-mythe, un scénario alternatif au rapport de la commission Warren, pour expliquer l’assassinat de JFK. Le film récuse la version officielle selon laquelle il n’y aurait eu qu’un seul tireur, Lee Harvey Oswald, et que ce dernier aurait tiré trois coups de feu seulement, depuis le haut du dépôt de livres scolaires de Dallas.

La "contre-mythe" proposé par Oliver Stone dans ce film laisse à penser que les anti-castristes auraient pu assassiner Kennedy, (Kevin Costner n’interprète pas Kennedy dans ce film mais le procureur de la Nouvelle-Orléans Jim Garrison). En effet ces derniers avaient été abandonnés à leur triste sort lors du débarquement de la Baie des Cochons. Le 17 avril 1961 Kennedy avait refusé de soutenir ces quelques 1400 hommes venus déloger Fidel Castro par un appui aérien, plus d’une centaine d’entre eux périrent durant l’assaut.

Plus controversé est la suggestion que l’état-major voire le vice-président Lyndon Johnson en personne pourraient être tenus pour responsables du meurtre de JFK. Eisenhower n’avait-il pas prévenu de la dangerosité du complexe militaro-industriel américain lors de son discours d’adieu ? Oliver Stone développe cette piste en affirmant que Kennedy voulait se désengager du Vietnam. Or on sait que Lyndon, son successeur, a massivement entraîné son pays dans cette guerre sans issue en mentant délibérément au peuple américain, invoquant un prétendu acte d’agression dans le Golf du Tonkin pour pouvoir se justifier.

Par ailleurs si les thèses présentées dans ce film laissent songeur, la commission de la Chambre des Représentants sur les assassinats a bel et bien conclu en 1979 à l’existence probable d’un second tireur ce jour-là à Dealey Plaza. Ce dernier se serait trouvé sur le monticule bordant Elm Street, caché derrière une palissade. Ce qui accrédite l’hypothèse que le tir mortel ait été effectué de face.

Dans la piscine de la Maison Blanche, en compagnie de Fiddle et Faddle.

Tags

, , , , , , ,

Screen shot 2013-06-01 at 19.09.37

Jadis dans l’aile ouest de cet immense ensemble que l’on appelle la Maison Blanche se trouvait une piscine. Financée à l’aide de dons rassemblés en 1933 par les habitants de l’état de New York, la piscine fut construite à l’origine pour Franklin Roosevelt. L’architecte du New Deal souffrait de la polio et la natation était pour lui une forme de thérapie.

En 1961 quand JFK prend ses quartiers dans la demeure présidentielle, son père rafraîchît les murs de la piscine en y faisant peindre une fresque. Le décor représente alors une série de voiliers naviguant sur la mer des Caraïbes. Également installé aux frais de l’ambassadeur, un ascenseur relie désormais le bassin aux appartements du président.

Cette pièce allait devenir le théâtre d’un curieux manège. Ce que l’on sait c’est que cette piscine maintenue à une température constante de 32 degrés permet au président de soulager ses maux de dos. Ce que le public ignore en revanche c’est que JFK s’y rend tous les midis en compagnie de Fiddle et Jill (aussi surnommée Faddle). Dave son fidèle assistant se tient au bord de la piscine pendant que le président se détend en compagnie de ses deux secrétaires. Lire la suite

Assassinat de Kennedy : l’énigme de l’homme au parapluie

Tags

, , , , , , , , , , ,

Screen shot 2013-05-16 at 21.45.19

Par une journée ensoleillée, en ce matin fatidique du 22 novembre 1963, alors que la Lincoln décapotable du 35e président des Etats-Unis parade sur Dealey Plaza, posté sur le long du parcours un homme se distingue de la foule.

Vêtu de noir, il tient un parapluie ouvert au moment au les coups de feu retentissent. Il se tient juste en face de la limousine présidentielle. Qui est cet homme ? Et bon sang que fait-il avec un parapluie ce jour là?

Certains ont imaginé que le fameux parapluie contenait un dispositif permettant de lancer une fléchette. Cette dernière aurait servi à immobiliser JFK au moment des coups de feux.

La réponse à cette énigme nous est fournie dans cette vidéo par Josiah Thompson, l’auteur de 6 seconds in Dallas. Au courant de la controverse suscitée par sa présence au moment des faits l’homme au parapluie – the umbrella man – s’est fait connaître en 1978. Lors d’une commission parlementaire il a expliqué le motif de son geste.

C’est en signe de protestation qu’il tenait son parapluie ouvert ce jour-là. Indigné par la position d’apaisement de Joe Kennedy au sujet de l’Allemagne nazie alors que ce dernier était ambassadeur en Grande-Bretagne, il tenait en main un parapluie noir, souvent utilisé par les caricaturistes dans la presse pour désigner Neville Chamberlain et sa politique, sensiblement la même que celle du père Kennedy, vis-à-vis de l’Allemagne.

Quant au fait que JFK n’ait pas bougé après le premier tir, on sait à présent qu’il portait un corset ce jour-là pour soutenir son dos qui le faisait particulièrement souffrir.

Lyndon Johnson accusé du meurtre de JFK, une théorie farfelue ?

Tags

, , , , ,

ImageRoger Stone prétend dans son dernier livre “The man who killed Kennedy – The case against Lyndon Johnson” que le vice-président de JFK aurait tué son rival pour accéder à la présidence, le tout avec la complicité de Richard Nixon pour le compte duquel Stone a travaillé comme conseiller.

Nixon lui aurait dit lors d’un entretien « Johnson et moi voulions tous deux être président la seule différence c’est que moi je n’étais pas prêt à tuer pour cela ».

Cette théorie s’appuie la rencontre supposée entre Richard Nixon et Jack Ruby qui se serait produite lors des audiences du Comité sur les Affaires Anti-américaine en 1947. Lyndon Johnson aurait alors demandé à Nixon de le mettre en relation avec Jack Ruby. Des documents pourraient être dévoilés dans les mois à venir…

Lire la suite

Partez sur les traces de Lee Harvey Oswald, l’assassin de JFK !

Tags

, , , , ,

Oswaldneworleans

Retracez l’emploi du temps de l’assassin présumé de John F. Kennedy grâce au site West Wing Reports. Le journaliste Paul Brandus vous emmène dans un voyage à travers le temps 50 ans en arrière sur sa page dédiée à Lee Harvey Oswald.

Jour après jour le site de Brandus vous donne l’emploi du temps d’Oswald, ses déplacements, ses occupations, de manière à ce que vous puissiez mener vous même l’enquête. Un carnet de bord haletant qui vous tiendra jusqu’au 22 novembre, date fatidique à laquelle Kennedy fut assassiné.

Vous pouvez également suivre le compte Twitter @JFKElmStreet pour être tenu au courant du parcours criminel d’Oswald en temps réel. Elm Street est la rue de Dallas où s’est produit le tragique incident.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.